Le retour de l’animal parlant. Réécriture d’une genèse scripturale dans les bestiaires performés de Julien Blaine de 1962 à aujourd'hui

Julia Raymond






Résumé
Cet article se propose de présenter les principales caractéristiques des bestiaires performés du poète Julien Blaine depuis 1962 en se concentrant principalement sur le processus de création de Reps Elephant 306. En partant de cette première œuvre poétique, il s’agira, dans un premier temps, de comprendre dans quelle mesure le poète souhaite retranscrire un état premier de la langue au profit d’une poésie élémentaire qui renoue le dialogue avec des pachydermes et leurs onomatopées primitives. Puis, il sera question d’étudier comment le poète s’inspire d’une certaine imagerie médiévale liée à la question l’animalité tout en en prolongeant la lecture de ses propres références pour forger un nouveau discours poétique, explorer une autre forme de langage et, ainsi, tenter de restaurer une genèse scripturale de l’animal parlant. Enfin, une troisième partie s’attachera à analyser la manière dont le poète mêle cette retranscription éléphantine avec la recherche d’un point d’équilibre poétique, de contact, tout comme de séparation, entre l’homme et l’animal, entre le langage et les gestes, entre l’écriture et le corps qui engage un rapport complexe aux sources chamaniques et totémiques. Celui-ci entend faire pénétrer la question de l’animalité dans l’organisation et le pouvoir de signification du livre, de l’écriture contemporaine et de ses supports ainsi que dans celle de la société qui les a produits et, ce, jusqu’à atteindre un profond désir de création de communautés hybrides.

Abstract
This article proposes to present the main characteristics of the poet Julien Blaine's performed bestiaries since 1962, focusing mainly on the creation process of Reps Elephant 306. Starting with this first poetic work, the aim is to understand to what extent the poet wishes to retranscribe a primary state of language in favor of an elementary poetry that renews the dialogue with pachyderms and their primitive onomatopoeias. Then, it will be a question of studying how the poet is inspired by a certain medieval imagery related to the question of animality while extending the reading of his own references to forge a new poetic discourse, explore another form of language and, thus, try to restore a scriptural genesis of the speaking animal. Finally, a third part will analyze the way in which the poet mixes this elephantine retranscription with the search for a poetic point of equilibrium, of contact, as well as of separation, between man and animal, between language and gestures, between writing and the body, which engages a complex relationship to shamanic and totemic sources. This one intends to make penetrate the question of the animality in the organization and the power of meaning of the book, the contemporary writing and its supports as well as in that of the society which produced them and, this, until reaching a deep desire of creation of hybrid communities.